Question du 7 avril 2017: Home invasions en 2015 et 2016

En novembre 2014, je vous interrogeais sur l’augmentation fulgurante des homes invasions pour les années 2013 et 2014. Ainsi, j’avais été interpellé par le doublement de tels faits en quatre années.

Récemment, dans la presse, de nouveaux faits ont été relayés, montrant à quel point ce type de criminalité perdure.

A l’époque, vous ne disposiez pas de chiffres propres à la Région bruxelloise. Cependant, il était prévu que l’Observatoire bruxellois pour la Prévention et la Sécurité accorde une attention particulière à la récolte de statistiques à ce propos. Il serait en effet particulièrement pertinent de disposer d’informations précises quant au profil des agresseurs et des victimes mais également sur les communes les plus touchées par ce type d’actes, de manière à accentuer voire approfondir les mesures de prévention.

A ce sujet, vous évoquiez d’ailleurs la mise en place d’une politique de coordination entre les différentes Régions. Il est nécessaire d’agir face à ce phénomène qui s’assimile à de la torture et qui crée de grands traumatismes chez les personnes, souvent âgées, qui en sont victimes.

Mes questions, Monsieur le Ministre-Président, sont les suivantes :

  • Pourriez-vous me communiquer une version actualisée des homes-invasions pour les années 2015 et 2016 ? Avez-vous développé des mesures spécifiques à ce sujet ces deux dernières années ?
  • Le mandat de l’Observatoire prévoit-il de dédier une attention particulière à ce phénomène ? Sera-t-il évalué statistiquement ?
  • Comment décririez-vous la coopération à ce sujet avec les autres Régions ? Un groupe d’experts a-t-il effectivement été mis en place ? De même, une stratégie de communication commune en matière de prévention des cambriolages a-t-elle été instaurée ?

Réponse:

Les statistiques relatives aux home invasions sur la Région de Bruxelles-Capitale sont les suivantes :

L’Observatoire de la Prévention et de la Sécurité n’attache, à ce jour, pas une attention particulière à ce phénomène compte tenu de la dé nition restrictive de ce type de délit décrite dans les articles 468 et 470 du Code Pénal. Par contre, les faits assimilables tels que les vols à l’aide de violences et cambriolages feront l’objet d’une analyse particulière dans le cadre de l’image de la criminalité prévue par le Plan Global de Sécurité et de Prévention.

À ce jour, il n’existe pas de coopération entre Régions mais bien une coopération entre les services de police fédéraux et zonaux au travers de directives et d’échanges d’informations constatations.

En matière de prévention des cambriolages, des initiatives sont prises au niveau fédéral par le SPF Intérieur (opération « rosace » par exemple).

Ces mesures de prévention sont soutenues par les conseillers en prévention – vol des communes bruxelloises.

Le Plan Global de Sécurité et de Prévention approuvé par le gouvernement de la Région de Bruxelles-Capitale a fait des atteintes aux biens une des dix thématiques prévoyant, notamment pour les cambriolages des mesures en matière de prévention, de réaction et de suivi des auteurs et des victimes.