Question du 15 mai 2017: Entretien des voiries

Le budget alloué à l’entretien des voiries régionales est en baisse constante. Cela, parfois au détriment à la fois de la préservation du patrimoine ou des intérêts de long-terme, de petits travaux réguliers étant souvent plus rentables que des travaux de grande envergure plusieurs années plus tard.

Un des grands problèmes est en effet le privilège accordé aux travaux de grande ampleur plutôt qu’à l’entretien régulier des voiries régionales, estimé comme trop coûteux sur le court-terme.

Par ailleurs, les procédures quant aux travaux à réaliser sont standardisées, créant de véritables normes d’homogénéisation des trottoirs ou des pistes cyclables. Si cela simplifie sans nul doute les procédures, c’est nier le caractère propre et historique des matériaux choisis à l’époque et enlever une partie de ce qui constitue le charme de nos rues.

Cette unicité nuit également à la promotion du savoir-faire ouvrier et de la pérennisation de certaines techniques utilisées.

Mes questions, Monsieur le Ministre-Président, sont les suivantes :

  • Pourriez-vous m’indiquer le budget alloué à l’entretien des voiries régionales ?
  • Existe-t-il effectivement un guide de bonnes pratiques fixant des normes propres à l’entretien de chaque pan des voiries (trottoirs, etc) ?
  • Votre politique en matière de travaux publics est-elle effectivement axée sur la préférence des travaux de grande envergure ou plutôt sur l’entretien régulier des voiries ?
  • De quelle manière intégrez-vous la préservation de notre patrimoine matériel mais également immatériel au travers de la pérennisation des techniques dans votre politique relative aux travaux publics ? Cette dimension est-elle intégrée aux cahiers des charges

Réponse :

Les chiffres d’exécution effectifs pour l’allocation de base « Dépenses pour l’entretien normal des voiries et de leurs abords, l’acquisition de biens semi-durables et d’équipements électriques et électromécaniques » s’élèvent à :

– 2016 : 40,768 millions ; – 2015 : 37,701 millions ; – 2014 : 39,580 millions.

Dans le budget 2017, 41 millions d’euros sont prévus. Grâce à cela, un budget correct a été inscrit. Le budget visé pour l’entretien en exécution est relativement constant et augmente même.

Il n’existe pas de guide de bonnes pratiques spéci que à l’entretien. Par contre, nous réalisons nos interventions confor- mément aux recommandations du Centre de Recherche Routière, au Règlement Régional d’Urbanisme ainsi qu’aux vade-mecum piéton et cycliste réalisés par la Région.

Une liste pluriannuelle des projets de réaménagement est établie. Les voiries non reprises dans cette liste font l’objet d’un entretien régulier d’ampleur adaptée à l’état de l’infrastructure.

Lors de nos interventions, l’entretien se fait généralement dans le respect du patrimoine. Nous accordons la plus grande importance à un entretien à l’identique, et dans la mesure du possible, à récupérer les matériaux sur place. Les cahiers des charges prévoient des postes pour le démontage/remontage soigneux de l’existant.