Question du 13 avril 2017: Immeubles publics inoccupés

Les immeubles privés inoccupés ou à l’abandon font l’objet d’une couverture médiatique importante et ont suscité de nombreuses réactions politiques. Ainsi, ces dernières années, des taxes communales, des amendes administratives et autres politiques visent à éviter que des biens soient laissés à l’abandon alors qu’ils pourraient être utilisés, notamment en tant que logements.

Cependant, le dernier numéro du journal « Le Cri » met en évidence le phénomène des immeubles, cette fois publics, eux-aussi inoccupés ou laissés à l’abandon sans que cela ne fasse l’objet d’aucune action politique. Une inégalité de traitement qui n’a, à mon sens, pas de justification.

Mes questions, Madame la Ministre, sont les suivantes :

  • Comment expliquez-vous que les mesures prises relatives aux logements privés inoccupés n’aient pas été étendues à ceux qui relèvent du public ? Certaines initiatives à ce sujet avaient-elles été envisagées ?
  • Disposez-vous d’une estimation et/ou d’un inventaire des immeubles publics inoccupés ou à l’abandon qui appartiennent à la Région bruxelloise ?