Question du 26 janvier 2017: Participation de la Région au projet BruVoices

La Fondation Roi Baudouin et la Région bruxelloise ont décidé de s’associer dans le cadre du projet BruVoices consacré au « vivre ensemble ».

Cette initiative vise à recueillir les sentiments de différents groupes d’individus après les attentats.

L’objectif d’une telle initiative est de favoriser la cohésion sociale en assurant que « la diversité culturelle des groupes soit assurée ».

Il me semble que ce type d’initiatives n’a pas grand intérêt. Ainsi, la démarche est totalement passive et je doute que le simple recueil de témoignages parvienne à améliorer la cohésion sociale. L’objectif devrait au contraire être de développer une proactivité afin de développer des mesures concrètes qui permettent aux Bruxellois de se fédérer autour de valeurs communes.

Mes questions, Monsieur le Ministre-Président, sont les suivantes :

– Quel est le montant du soutien financier apporté par le Gouvernement bruxellois à cette initiative ?

– Quels sont les motifs qui ont justifié une telle participation ? En quoi ce projet va-t-il concrètement permettre d’améliorer la cohésion sociale en Région bruxelloise ?

– De quelle manière comptez-vous garantir que les groupes qui se portent volontaires soient « diversifiés » ?  Qu’entend-t-on par ce terme ?

Réponse : Le soutien financier apporté par le gouvernement bruxellois au projet BruVoices s’élève à 350.000 euros.

Les attentats de Paris, le lockdown, les attentats du 22 mars,… ont profondément marqué la population du pays et les Bruxellois en particulier. Si un large élan de solidarité s’est manifesté de façon spontanée, il a rapidement été suivi de questions sur l’avenir de notre vivre-ensemble.

Pour répondre à ces questionnements, la Fondation Roi Baudouin a mis sur pied ce projet participatif d’envergure.

L’objectif de BruVoices est de mieux comprendre comment les Bruxellois perçoivent le vivre-ensemble dans la capitale. Dans cette optique, il est donc nécessaire d’écouter les Bruxellois a n de comprendre quelle est leur vision du vivre-ensemble et comment ils se sentent dans leur ville au quotidien.

Le projet se compose de deux parties : un volet qualitatif qui comprend des interviews collectives de 50 « focus groups » et un volet quantitatif sous forme d’enquête d’opinion menée auprès d’un échantillon représentatif de la population bruxelloise.

Les résultats de ces deux parties du projet seront débattus au cours d’un atelier qui réunira des experts et des représentants du secteur associatif, du monde de l’entreprise et du pouvoir poli- tique. Ils seront ensuite présentés en assemblée citoyenne. Ces moments d’échange entre experts, société civile et pouvoirs décisionnaires permettront de dresser un état des lieux concret de la cohésion sociale en Région de Bruxelles-Capitale. Il soulignera les points positifs et les points à améliorer par les participants et pourra servir de support de réflexion et de discussion pour les décisions à venir.

En ce qui concerne la diversité des groupes, la Fondation Roi Baudouin a lancé un appel vers la population n janvier 2017. Les candidatures reçues depuis lors sont étudiées sur la base de plusieurs critères de diversité, à savoir le pro l des participants (diversité socioéconomique, diversité des cultures d’origine et des groupes d’âge) et leur zone d’activité (diversité géographique) avec la volonté de toucher les 19 communes et des groupes réunissant des habitants des plusieurs communes mais aussi des groupes basés sur une dynamique de quartier.

Si ces critères ne sont pas suffisamment développés dans les candidatures, la Fondation prend contact avec les participants. Les groupes participants sont confirmés sur la base de cette grille de lecture.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.