INTERVENTION – Médias en ligne – 01/2017

M. DESTEXHE (Belgique) – Chers collègues, je tiens à saluer l’important travail réalisé par les rapporteurs sur la mutation de nos médias vers un format accessible en ligne et des défis qui se posent en ce qui concerne le contenu qui est diffusé. La liberté d’expression doit bien entendu être préservée mais en garantissant tout de même une forme de responsabilité quant aux informations qui sont relayées.

Un point a particulièrement attiré mon attention dans le projet de résolution sur les médias en ligne : celui de l’introduction par les pays dans leur législation ou pratique interne d’un droit de réponse ou toute mesure équivalente permettant une correction rapide des informations inexactes diffusées dans les médias en ligne ou hors ligne.

Il s’agit selon moi d’un point essentiel au vu du flux d’informations continu qui est diffusé avec parfois une rapidité telle que les sources ne sont pas dûment vérifiées, au détriment des personnes éventuellement visées. En Belgique, la législation permet déjà de demander un droit de réponse pour la presse à la fois en format papier et électronique.

Il est impératif selon moi que cette pratique soit étendue aux autres pays du Conseil de l’Europe mais également d’assouplir les conditions inhérentes à la demande d’un tel droit de réponse qui découragent parfois un certain nombre d’individus.