Question du 17 janvier 2017: Recours à des interprètes dans les écoles à destination des parents d’élèves et langue parlée dans les écoles

Recours à des interprètes dans les écoles à destination des parents d’élèves et langue parlée dans les écoles

Je vous remercie pour votre réponse à ma question écrite relative à la langue parlée dans les écoles de certaines communes.

Vous y reconnaissez que cette situation constitue un véritable défi, cependant l’approche ne me paraît pas optimale : il me semble que les mesures prises devraient être orientées vers un apprentissage de la langue par l’élève plutôt que par des formations pour le professeur sur la diversité culturelle de manière « à développer le vivre ensemble de manière harmonieuse et respectueuse dans une société démocratique et interculturelle notamment pour aborder le dialogue interculturel, lutter contre les discriminations ».

Vous faites par ailleurs référence au SETIS qui propose des services d’interprétariat social auxquels les écoles peuvent avoir recours pour permettre aux parents ne maîtrisant pas le français de comprendre le contenu des réunions des parents. Vous citez également les Centres régionaux d’intégration qui fournissent le même type de services.

Mes questions, Madame la Ministre, sont les suivantes :

– Pensez-vous que le fait que certains élèves ne maîtrisent pas le français et utilisent la langue de leur pays d’origine doive être compensé par une ouverture à ces langues étrangères et à la diversité culturelle plutôt que par des mesures visant à améliorer et imposer la pratique du français ?

– Puisque vous évoquez « un défi », avez-vous été alertée par plusieurs établissements de cette problématique ? Que dire aux parents qui préfèrent changer leur enfant d’école lorsque celui-ci revient à son domicile en prononçant des mots dans une autre langue que le français ?

– Connaissez-vous la proportion d’écoles en Wallonie et à Bruxelles qui ont déjà fait appel à un service d’interprétariat pour faciliter la communication lors des réunions de parents d’élèves ? Qui prend en charge les frais relatifs au recours à ces services ? Quel en est le montant ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.