INTERVENTION – Ban Ki Moon – 06/2015

M. DESTEXHE (Belgique), porte-parole de l’Alliance des démocrates et des libéraux pour l’Europe* – Je constate qu’il n’y a pas d’objectif en termes de démocratie et de droits de l’homme dans les objectifs de développement durable (SDG), qui d’ailleurs comprennent désormais 17 objectifs et plus de 160 buts à atteindre : est-ce bien réaliste ? De même, la croissance démographique n’est pas abordée. Or la population africaine va doubler pour atteindre 4 milliards de personnes d’ici à la fin du siècle. Si ces problèmes ne sont pas traités, il est probable que les objectifs ne pourront pas être atteints.

 

M. LE SECRÉTAIRE GÉNÉRAL DES NATIONS UNIES* – Les Etats discutent des objectifs de développement durable dans le cadre d’un agenda dédié et dans la perspective de 2030 : 17 objectifs ont été identifiés à titre provisoire dans le cadre des négociations et 169 buts sont à atteindre par ailleurs. On peut en effet s’interroger : 17 objectifs, est-ce trop ou pas assez ? 169 buts à atteindre, est-ce trop ou trop peu ?

Pendant neuf mois, un groupe de travail ouvert a réfléchi et ses membres ont recherché une solution optimale pour traiter des problèmes qui ont un impact sur l’être humain et sur la planète. En tant que Secrétaire général, j’ai désigné trois personnalités éminentes pour examiner la question de la durabilité. J’ai organisé des réunions aux Nations Unies et j’ai entendu tous les acteurs. Nous avons consulté 8 millions de personnes grâce aux réseaux sociaux et nous avons reçu 8 millions de réponses. L’idée était de comprendre quel avenir elles souhaitaient. Il n’y a pas que les fonctionnaires des gouvernements ou les économistes qui doivent être consultés. Nous avons souhaité une consultation très large et nous sommes allés au-devant de la société civile, en consultant les citoyens lambda, les étudiants, les femmes, les groupes vulnérables. C’est sur cette base que j’ai construit mon rapport à l’Assemblée générale.

Les 17 objectifs à atteindre couvrent tout le périmètre de notre vie : la vie économique, sociale, environnementale. Ces objectifs sont axés sur l’être humain et le respect de la planète.

Comment les êtres humains peuvent-ils vivre en harmonie avec la nature, avec la planète entière ? Tout n’est pas parfait s’agissant des buts à atteindre : des progrès sont encore possibles, qui justifient la poursuite de négociations. Nous réfléchissons aux grands principes, tels que la démocratie et les moyens de vivre dans des sociétés paisibles et respectueuses des droits de l’homme.

La Déclaration universelle des droits de l’homme régit nos vies. Il y a, conformément à la Charte des Nations Unies, trois piliers : paix et sécurité ; développement ; droits de l’homme. Encore une fois ces buts, s’ils ne sont pas parfaits, seront adoptés en septembre par les chefs d’Etat et de Gouvernement ; ils constitueront un guide visionnaire pour nos vies et pour notre planète.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.